Nous partageons souvent sur Aventure Humaine que les rencontres sont les plus belles surprises.

 
 
Juste avant le confinement, nous étions à La Rochelle, pour un séminaire sur l’immobilier (écouter l’épisode avec Ludovic Bréant).
 
 
Et là, au retour de la pause déjeuner, Olivier Soudieux nous attend dans la salle, avec un atelier de team building : la traversée d’une crevasse !
 
Cet univers d’aventures, de défi, de grands espaces Olivier y est habitué depuis de nombreuses années.
 
 
 
 
Entrepreneur par nécessité, il a créé sa première société pour payer ses études d’ingénieur à Limoges.
Très débrouillard et indépendant, son premier business sera la mise en page des présentations pour EDF (vous vous rappeler de ces transparents pour les rétro-projecteurs !).
 
 
En parallèle, il se passionne et s’oxygène avec l’escalade et dans les montagnes !
 
 
Ensuite, le virus est plus fort, déménagement rapide et naturel à Grenoble au coeur d’un terrain de jeu idéal.
Il se forme et s’entraine à côté de son job chez Capgemini. Il trouve un groupe de soutien au sein du club de montagne.
 
Il cherchait, sans le savoir à l’époque, à se dépasser et à augmenter son estime personnelle.
 
 
 
 
2 ans après une expédition s’organise pour le Népal.
Le mot magique « Himalaya » est prononcé !
 
En 2001, son groupe, composé de 10 alpinistes, se lance à l’assaut d’un sommet de plus de 7000 mètres.
Un an de préparation pour trouver les sponsors, les différents partenaires, le matos…
8 semaines sur place dont 5 d’ascension pour rechercher de la bonne voie jusqu’en haut.
 
 
 
 
C’est une grande réussite du projet global mais un fiasco total humainement parlant car le groupe se disloque dès le retour tellement l’expérience a été extrême et éprouvante psychologiquement.
Dès lors, son expertise sur la gestion/maitrise des risques se densifie et il devient de plus en plus légitime, à manager, former, cadrer les équipes dont il est responsable en France.
 
 
 
 
Mais Olivier ne pense qu’à repartir, et plus longtemps, un an pour traverser à pieds la chaine de l’Himalaya.
Il va préparer cette longue expédition avec beaucoup d’incertitude sur les conditions d’accessibilité, de ravitaillement, du fait du climat et des tensions politiques locales.
Il réussit à trouver les bonnes personnes ressources qui vont lui fournir tous les renseignements.
 
 
 
Un travail de fourmi sera nécessaire pour que le duo soit fin prêt à vivre pleinement ce voyage !
 
Car oui, belle surprise, sa conjointe, Carole Soubiran, décide de se joindre à lui et c’est en couple qu’ils vont partir, Cap à l’Est !
Leur objectif commun, produire un documentaire sur le quotidien des villageois, habitants cette incroyable région du monde.
 
Pour information, l’immense majorité de l’humanité vit dans avec le strict minimum, l’essentiel, aux prix de nombreux efforts pour cultiver, troquer, conserver les ressources que leur donnent mère Nature.
 
La solidarité des hommes s’arrête où démarre la route !
 
Une fois rentrés en Occident, ils bossent sur le contenu vidéo et édite le livre « Le chemin des cimes ».
Le film, en format 52 minutes, est présenté à de nombreux festivals et il remporte plusieurs prix.
Les commandes de conférences pleuvent et ce sont plus de 300 interventions qui vont être organisées en quelques mois.
 
 
La décision est logique, pour Olivier, donc de quitter son CDI pour être libre de monter sur scène !
 
De tournée en tournée, il découvre la France, le Bénélux puis le Canada…
 
Outre atlantique, tout est plus grand, il en profite pour approfondir le ski, puis le kayak, tracté par cerf volant !
 
Olivier va muscler son jeu, et vivre un mois complet en autonomie sur un lac gelé ou la banquise.
Il vit à l’aise à -40°C, contrairement à nous, où nous serions en mode survie.
 
Son but est de découvrir, son fonctionnement, des gens, des univers, des conditions différentes de sa zone de confort européenne…
 
 
 
Il est aujourd’hui interrogé par l’entreprise autour de l’efficience des environnements incertains et complexes.
Ses expéditions sont un champs d’enrichissement, un véritable laboratoire à ciel ouvert.
Lors de chaque sortie, il expérimente, avec un processus itératif, la mise en place de solutions aux problèmes qu’il rencontre.
 
Toutes les dimensions y passent pour comprendre les transformations qui s’opèrent dans le corps, le cerveau, les connexions, les relations.
 
 
Finalement, le business model de l’explorateur moderne est le même que celui de Christophe Colomb : partir à la découverte de notre monde et partager son retour d’expérience, lors de conférences, auprès de ceux qui financent ses aventures !
 
 
 
En plein confinement, nos repères volent en éclat et nos émotions prennent le dessus.
Olivier connait les contraintes fortes, les événements « surprises »
 
4 étapes à son processus de prise de hauteur pour garder son calme :
  • Questionnement de ses propres peurs,
  • Accepter et reconnaitre ses émotions, porteur d’une info
  • Faire le tri entre réalité et ou fantasmé
  • Réguler ses émotions, avec de la cohérence cardiaque, des séances de méditation et de respiration consciente.
 
Une crise ça secoue l’existant !
Quel est l’avantage ? Du plus, du mieux et du différent ?
 
 
C’est une opportunité pour repenser nos échanges, nos connexion et pourquoi pas nos gouvernances.
La gouvernance cellulaire propose de penser l’entreprise comme une organisation vivante, agile capable de s’adapter aux tensions positives ou négatives de notre quotidien.
Tout cela pour plus de performance, plus de bien être et de motivation.
 
 
 
Olivier souligne l’importance des routines, un paradoxe pour l’aventurier qu’il est. C’est son ancrage, matin et soir.
  • Chercher le positif de sa journée, 3 fleurs que j’ai reçu…
  • Reprogrammer son cerveau en visualisant ses objectifs
  • Intention du lendemain (ce que j’aimerais faire, mais surtout vivre)
  • Séance de réveil matinal avec un tapotement EFT
 
Pour la suite, Olivier se concentre sur 3 axes :
  1. Des web conférence sur les thèmes du management, de la stratégie, des transformations, de la gouvernance.
  2. Des mini-expéditions pour des comités stratégiques oxygénants, dans nos belles montagnes ou forêts françaises.
  3. Et enfin la création de son podcast pour partir à l’aventure en régalant vos oreilles 🎧
On vous en dit plus très prochainement !
 
 
Désolé pour les petits soucis de sons interruption à 27′, nous avons fait de notre mieux pour continuer d’enregistrer à distance.
 
 
Ouvrez vos oreilles et votre carnet !

Nous parlons de :

  • Management
  • Solidarité
  • Risque
  • Documentaire
  • Conférences
  • Aventure
  • Expédition
  • Dépassement de soi
  • Challenge
 

Pour aller à fond :

1001 Mercis d’avoir écouté cet épisode !

Nous espérons qu’il t’a apporté de la valeur autant que nous avons pris de plaisir à l’enregistrer.

Si tu veux nous soutenir, nous t’invitons :

– à mettre un petit commentaire juste en-dessous (genre que tu nous as trouvé très beaux et hyper intelligents) euh enfin une remarque ou feed-back constructif,

– à noter ce podcast 5 * sur Apple Podcast, ça te prend 2 minutes et 22 secondes, si si je me suis chronométré 😉

– à partager cet épisode avec un ou une ami(e), prospect, client ou partenaire qui aurait besoin de cette conversation pour aller plus loin dans ces projets !

Nous vous souhaitons une excellente semaine remplie d’actions et de nouvelles rencontres !