Suivez les coulisses de nos aventures podcastiques ici :

Laura Lepers

Laura LEPERS

CO-ANIMATRICE

Beauty Toaster

À VOUS LES STUDIOS #07 - Dans les coulisses du podcast Beauty Toaster avec Chantal

Qui incarne la voix de Beauty Toaster ?

Il s’agit de Chantal Soutarson, une ancienne journaliste de la presse écrite. Riche de presque 25 ans d’expérience en tant que journaliste, rédactrice en chef adjointe spécialisée dans la presse féminine et surtout dans la beauté, Chantal a déjà deux podcasts au compteur ! Beauty Toaster et Start up beauté.

Dans quel contexte s’est lancé son podcast ?

Au moment de lancer Beauty toaster, Chantal était pigiste pour différents magazines, le journal où elle avait occupé son dernier poste avait fermé en mars 2016.

Un des sujets qu’elle propose à une rédac est retoqué. Les marques indépendantes semblent les désintéresser. Pas assez “bankable” ?

OK, se dit-elle, tout en gardant cette idée dans un coin de sa tête (Chantal n’a pas l’air de lâcher le morceau comme ça…)

Un jour, elle cherche des informations sur une marque américaine, qui est justement une marque indépendante. En faisant ses recherches sur les réseaux sociaux, elle découvre un post invitant à écouter le podcast Breaking Beauty, pour en savoir plus sur l’histoire de la marque de sa fondatrice.

Et là…Illumination.

C’est ça qu’elle doit faire !

Puisque la presse ne veut pas parler de ces petites marques, MOI je vais le faire et leur donner la parole !

Chantal

Triste à dire, mais le système de la presse repose quand même beaucoup sur l’aspect financier. Il faut encourager les marques à acheter des pages de pub. Et les marques indépendantes ont rarement les moyens financiers de s’offrir une pleine page.

C’est donc avec la volonté de donner la parole à des marques indépendantes issues de la sphère beauté, que Chantal lance son podcast Beauty Toaster.

Les coulisses du lancement ?

Pour Chantal, le plus important reste le son. Tout passe par les oreilles, ne l’oublions pas. En tant qu’ancienne journaliste, impossible et impensable pour elle d’arriver avec un son bien pourri. Le matos, la stratégie, la communication, peuvent être faits un peu à l’arrache, mais pas le son.

Comme elle le dit très justement, présenter un son de qualité professionnelle c’est aussi valoriser les personnes invitées. On est d’accord avec elle à 100%. Enregistrer avec un son de qualité c’est (aussi) une question de respect pour les invité.e.s.

Très clairement, la partie “son” a été la partie la plus stressante pour elle.

Chantal savait aussi que le montage n’était pas son domaine et qu’elle n’aurait aucun temps à y consacrer. Malgré les nombreux conseils à utiliser Garage Band, logiciel de montage “très accessible”, elle ne voulait pas entendre parler de montage.

Chacun son taf !

Chantal

Premièrement, elle part du principe que le montage n’est pas son domaine d’expertise et secondement, elle voulait produire sur un épisode par semaine. Donc pas le temps de TOUT faire. Ça, elle en était tout à fait consciente.

Elle a donc très vite trouvé un ingénieur du son, grâce à Linkedin. Elle s’est armée de patience et a procédé par élimination car des ingé son… y en a à foison ! Elle a donc resserré ses recherches pour trouver LA personne à l’aise avec le domaine de la beauté. Et on vous donne dans le mil. Elle a bien évidemment fini par trouver 😊

Comment cherche-t-elle ses invité.e.s ?

Les premiers invités étaient des personnes avec qui Chantal était déjà en contact. Elle avait déjà communiqué dessus au cours de papiers, d’articles précédents. Comme elle aimait bien ce qu’ils faisaient, elle leur a parlé de son podcast et leur a proposé d’y être invité.

Naturellement, ils ont accepté parce que c’était nouveau, qu’ils avaient l’impression de participer à une sorte d’aventure avec un pionnier.

Ce qui amuse Chantal c’est lorsqu’elle démarche des invité.e.s et qui lui répondent qu’ils la connaissent et l’écoutent déjà.

La beauté, les cosmétiques en France, c’est vraiment une industrie riche en termes d’acteurs. Il y a beaucoup de PME. Comme c’est un gros secteur, le réservoir de potentiels invités est énorme.

Combien de temps à consacrer par semaine ?

Environ une grosse journée entière, entre la pré-interview, la préparation des questions et puis après la rencontre.

Quel est le format de Beauty Toaster ?

D’emblée, Chantal part sur le format interview.

C'était celui qui était le plus naturel, où on pouvait vraiment aller au fond des choses. Moi, si je raconte l'histoire d'une marque, ça n'a pas vraiment d'intérêt. L'intérêt, c'est d'entendre la personne qui est à l'origine de la marque, et encore plus quand c'est quelqu'un qui a lancé il y a des années ou dont un parent a lancé la marque. Ça, c'est vraiment intéressant !

Chantal

Des galères rencontrées ?

Comme tout podcaster, bien évidemment que Chantal a rencontré des galères. Un enregistrement qui ne part pas (mais pas du tout!), rentrer chez soi et s’apercevoir que le fichier son est… vide. Donc rappeler l’invité.e, lui expliquer la situation, replanifier un moment et réenregistrer.

Comment faire connaître son podcast ?

Chantal a commencé à déployer des efforts sur Instagram et sur Linkedin.

Finalement, elle s’est aperçue que beaucoup de professionnels l’écoutaient, même si elle n’avait pas créé, au début, son podcast pour cette cible-là.

Je me disais, ils connaissent (déjà) tout ce qu'ils vont apprendre en écoutant d'autres personnes.

Chantal

Comme quoi, c’est l’exemple même que le podcast permet de découvrir le profil de ses auditeurs. De façon très basique, Chantal a commencé en communiquant sur la sortie de chaque fois avec un post et un audiogramme. Pas plus.

Instagram, ça devient compliqué car ils valorisent énormément les “Réels”, et c’est clairement un autre métier.

En quoi le podcast permet de prendre un nouveau virage ?

Très rapidement, Chantal décide d’arrêter ses piges qui ne correspondaient plus à ses valeurs.

Aujourd’hui, même si sponsoriser son podcast est un travail de longue haleine, l’aventure podcastique lui ouvre clairement de nouvelles portes. On vient la chercher pour faire des conférences ou animer des tables rondes sur les changements qui se passent dans la cosmétique. Elle est aussi sollicitée pour intervenir sur des salons professionnels.

Toutes ces actions lui apportent essentiellement de la visibilité, mais il est important de préciser que ses interventions sont (pour l’instant) encore gratuites.

Pour trouver et asseoir un modèle économique plus stable, Chantal lance sa Start-up beauté, une formation audio – accessible par souscription, pour startuper beauté et cosmétique. L’idée est d’aider les entrepreneurs et startuper à créer leur marque en suivant un modèle qui va leur permettre de faire quelque chose qui fonctionne.

Je vois beaucoup de start-up qui se lancent la fleur au fusil : ils n’ont pas fait d’études de marché, n’ont pas de business plan, et six mois plus tard, ils pleurent, ils arrêtent tout et ils repartent à la case départ, c’est-à-dire le salariat.

En observant cela et au vu des demandes d’informations qu’elle reçoit via Linkedin, elle se décide à lancer ce nouveau service. En souscrivant sur son site internet, le client reçoit 10 épisodes autour du marketing d’influence, du packaging, du laboratoire, de la plateforme de marque avec des interviews très précises d’expertise différente pour répondre à un maximum de profils.

Son contenu est donc payant.

Ses besoins actuels pour développer son podcast ?

Clairement, tout ce qui est lié au marketing. Comment développer une stratégie efficace ? En d’autres termes, une personne dédiée aux réseaux sociaux, à la recherche de sponsors, de partenariats.

Si vous aimez l’univers de Chantal et que vous souhaitez collaborer avec elle ou lui apporter conseils, temps et bonne humeur, alors écrivez-lui !

Pistes à retenir :

  1. Partir d’une expérience personnelle pour trouver la raison d’être de son podcast.
  2. Lancer son podcast et expérimenter le marché, le matos (même si tout est fait “un peu” à l’arrache en termes de stratégie…) en soignant le son !
  3. Apprendre (et accepter) de déléguer (ici, le montage)
  4. Trouver un.e ingénieur.e du son grâce à Linkedin.
  5. Trouver l’axe pour sa ligne édito
  6. Avoir des épisodes d’avance